Evaluna Pompe Evaluna 8962 F793a

SKU0818820940989005
Evaluna Pompe Evaluna 8962 F793a
Evaluna
Abonnez-vous
25 langues
Dans cette section, les traductions de thématiquement dans d'autres langues ont été obtenues par traduction automatique statistique, où l'unité essentielle de la traduction est le mot «thématiquement» en français.
chinois
1325 millions de locuteurs
espagnol Poccopazza P1369 Taupe IXyXb
570 millions de locuteurs
anglais Sneaker Skechers Bleu Taille 38 0mDaRZJ
510 millions de locuteurs
विषय-वस्तु की
380 millions de locuteurs
ar
مواضيعي
280 millions de locuteurs
тематически
278 millions de locuteurs
portugais tematicamente
270 millions de locuteurs
bengali
260 millions de locuteurs
français
220 millions de locuteurs
malaisien mengikut tema
190 millions de locuteurs
allemand thematisch
180 millions de locuteurs
japonais
130 millions de locuteurs
coréen
85 millions de locuteurs
javanais Anjungan
85 millions de locuteurs
vi
vietnamien theo chủ đề
80 millions de locuteurs
tamoul ரசவாதம்
75 millions de locuteurs
marathi प्रतिपाद्य विषयाप्रमाणे
75 millions de locuteurs
tematik
70 millions de locuteurs
italien
65 millions de locuteurs
polonais tematycznie
50 millions de locuteurs
ukrainien тематично
40 millions de locuteurs
roumain tematic
30 millions de locuteurs
el
θεματικώς
15 millions de locuteurs
af
afrikaans tematies
14 millions de locuteurs
sv
suédois tematiskt
10 millions de locuteurs
no
norvégien
Types | Calendrier | Catégories | Lieux
Recherche

Accueil Les références judéo-chrétiennes dans les traductions des sens du Coran

Dates

Catégories

Judeo-Christian reference in translations of the meaning of the Coran

***

Publié le mercredi 14 juin 2017 par Anastasia Giardinelli

Résumé

Notre propos n’est pas ici d’empêcher l’ijtihād des chercheurs, ni même de venir à bout des efforts entrepris pour traiter et étudier le texte coranique, mais plutôt de mettre de tels travaux dans le cadre cognitif le plus approprié qui ne déborde pas à la fois de la spécificité du discours coranique et de la religion islamique sur les plans de la croyance, de la pensée et de la langue, et ce afin d’éviter l’abus idéologique du texte religieux. Par l’organisation de ce colloque, nous cherchons à livrer une lecture raisonnable et minutieuse à propos de ces traductions et des problèmes qu’elles soulèvent. Nous entendons ainsi élaborer une théorie propre à la traduction des sens du Coran et basée sur l’objectivité et le rejet de la pensée orientaliste qui domine la plupart de ces traductions et interprétations. Nous tentons aussi de traiter objectivement et correctement le texte coranique sans pour autant dévier de ses finalités, ni altérer ses sens.

Annonce

Le but des traductions des sens du Coran, révélé en langue arabe, est de faire connaître ses valeurs religieuses, civilisationnelles et scientifiques. Or, le transformer dans le prisme d’autres langues requiert, d’une part, la prise en compte de la spécificité de ce texte sacré, associée à ses références idéologiques, culturelles et historiques ; et d’autre part, l’appréhension de ses sens et de ses contextes sémantiques, ainsi que de sa langue miraculeuse. Celle-ci constitue un défi majeur pour le traducteur quant à son style, sa combinaison de mots, ses images, son excellente éloquence.

Parmi les traductions coraniques, il existe des traductions à référence biblique (judaïque et chrétienne). En dépit des efforts suivis en vue de corriger leurs erreurs et de les parfaire, elles restent parsemées de problèmes d’ordres divers: linguistique, conceptuel, sémantique, religieux, culturel, idéologique, symbolique et psychologique. Parmi les problèmes principaux, on citera:

Il y a par ailleurs l’absence de la bonne compréhension des finalités du Coran. En fait, certaines traductions dites «interprétatives», qui, d’ailleurs, se réclament de diverses références idéologiques et intellectuelles, portent préjudice à son cadre cognitif original, à la véracité de ses contenus et aux mécanismes de son fonctionnement. Ce qui implique des lectures et des traductions modernes qui se prêtent à transformer le texte coranique en un livre assujetti aux idéologies occidentales exemptes de valeurs humaines, religieuses et civilisationnelles, alors que celles-ci constituent la finalité de la révélation. En contemplant ces modèles interprétatifs contemporains, nous nous apercevons que les pratiques interprétatives instaurées par certains adeptes de la modernité, nécessitent une refonte critique à la lumière des faussetés intellectuelles et méthodologiques qu’elles recèlent. En ce cas, ces pratiques, qualifiées de références non bibliques, sont égales aux références bibliques en termes de danger.

Notre propos n’est pas ici d’empêcher l’ijtihād des chercheurs, ni même de venir à bout des efforts entrepris pour traiter et étudier le texte coranique, mais plutôt de mettre de tels travaux dans le cadre cognitif le plus approprié qui ne déborde pas à la fois de la spécificité du discours coranique et de la religion islamique sur les plans de la croyance, de la pensée et de la langue, et ce afin d’éviter l’abus idéologique du texte religieux. La fertilité de ses sens et la richesse de ses outils expressifs le rendent ouvert à une multiplicité de lectures et de traductions destinées au lecteur multiculturel et multiethnique. L’acte traductionnel reste tributaire de l’originalité de ce texte assurée autant par sa rhétorique miraculeuse que par sa combinaison de mots, qui prête au sens une profondeur émotionnelle, intellectuelle et législative.

Par l’organisation de ce colloque, nous cherchons à livrer une lecture raisonnable et minutieuse à propos de ces traductions et des problèmes qu’elles soulèvent. Nous entendons ainsi élaborer une théorie propre à la traduction des sens du Coran et basée sur l’objectivité et le rejet de la pensée orientaliste qui domine la plupart de ces traductions et interprétations. Nous tentons aussi de traiter objectivement et correctement le texte coranique sans pour autant dévier de ses finalités, ni altérer ses sens.

Le Centre Al Kindi de Traduction et de Formation en collaboration avec le Laboratoire Traduction et Interdisciplinarité Faculté des Lettres et des Sciences Humaines – Marrakech et le Département de la Langue Arabe et de la Traduction Université de Leuven – Belgique organise « Le cinquième colloque international sur la traduction des sens du Coran »ur le thème :

En hommage au Professeur Ahmed Chahlane

Axes thématiques

Les principaux axes du colloque sont les suivants:

Axe 1: Les références judéo-chrétiennes dans la traduction des sens du Coran

Axe 2: L’orientalisme et son impact sur la traduction des sens du Coran

Axe 3: Les études linguistiques

Dates importantes à retenir

30 août 2017

Le jury se prononcera dès réception des propositions.

Frais du colloque

Présidente: Souad Koutoubia, Université Cadi Ayyad – Maroc.

Membres:

Coordinateurs du colloque :

Abdelhamid Zahid, Hassan Darir et Noreddine Hanini

Formulaire de participation : fichier PDF

30 octobre 2017.

12 Dans le même temps, qualifier ces ontologies de «scientistes» serait aller vite en besogne, et oublier l’objectif de ces élèves puis détracteurs du positivisme logique que seront en particulier Quine ou le Putnam des années 1970: ce dont il s’agit pour eux, c’est de commencer par dédramatiser les relations entre la métaphysique et les sciences, mettre l’option «réaliste» sous l’égide d’un «principe d’indispensabilité» pragmatique, et rendre l’ontologie «inoffensive» en l’enrégimentant dans la notation quantificationnelle adéquate. Rejeter aussi les dualismes inopérants (analytique et synthétique), envisager qu’il puisse y avoir du nécessaire a posteriori et du contingent a priori ; opérer bientôt une révision de nos modèles de l’explication (le modèle D-N); remettre en cause les clivages entre explication et compréhension, sciences de l’esprit et sciences de la nature. Si l’on affirme que la philosophie n’est que la continuation de la science par d’autres moyens, et que les seuls doutes théoriques sont les doutes scientifiques (pour reprendre le mot de Quine), c’est aussi pour rappeler, simultanément, les limites du scientisme, lequel est contraire, précisément, à l’esprit comme à la réalité de la science et de l’attitude scientifique proprement dites.

13 Car le concept de «science» lui-même, on l’oublie trop souvent, a changé; et celui de «connaissance», du reste, aussi. On est loin du concept «impérial» (encore présent chez Kant) de système achevé, apodictique, universel et nécessaire, loin encore de l’absoluité de certains concepts (espace, temps, être), Depuis un certain temps déjà, l’accent est plutôt mis sur la nature probabiliste des lois, de la matière, de la causalité. Connaissance rime moins avec certitude ou vérification qu’avec approximation, méthode par essais et erreurs, conjectures, falsification et faillibilisme, rendant d’ailleurs constante la menace sceptique et faisant peser sur l’ontologie, celle de la relativité. Ce qui est définitionnel de la «science» –ne cessait de rappeler l’immense Charles Sanders Peirce dont on célèbre cette année le centenaire de la mort–, c’est d’être, bien plus qu’un corps de connaissance ou une doctrine, une activité de découverte, une poursuite de savoir plutôt qu’un savoir, en un mot une enquête () qui, au demeurant, exige du chercheur un certain nombre de vertus bien particulières 23 . Aussi évoquais-je d’emblée les liens entre science, connaissance et éthique. Qu’est-ce qui interdirait, en effet, de concevoir sur le modèle de l’enquête, et non plus tant sur celui de la croyance vraie justifiée ou de l’épistémologie des vertus, la connaissance en général, jusques et y compris donc, comme je l’ai suggéré, la connaissance 24 ? Or le but d’une enquête, système socratique de questions et de réponses, de doutes et de croyances, est de fixer ces dernières, non de fournir une vérité absolue et définitive Droit Attilio Chaussures De Sport Leombruni 2311589 Esprit QzFmC
.

14 De même, en métaphysique, dogmes et systèmes ne sont guère plus de mise. Quel métaphysicien contemporain serait encore obnubilé par la recherche de vérités éternelles, universelles et de surplomb? On cherche moins à proposer un qu’à mettre en évidence, pour parler comme Johann Friedrich Herbart, les «points principaux 26 » de ce en quoi devrait pouvoir consister une métaphysique digne de ce nom, et, de plus en plus, à comprendre la relation qui est la nôtre avec le réel –ce que l’on ne peut faire qu’en partant de l’endroit où l’on est, et non pas de «nulle part» (Thomas Nagel, Hilary Putnam).

15 Voilà qui devrait déjà nous permettre de dégager certains enjeux. De telles évolutions conceptuelles bien réelles donnent en effet au scientifique comme au métaphysicien de nouvelles obligations: au métaphysicien, tout d’abord, celle de mieux définir les relations entre la connaissance dont il peut se prévaloir et celle qui caractérise les autres domaines du savoir. Quiconque cherche à déterminer en quoi peut consister une ou une métaphysique (ce que je tiendrai désormais pour deux appellations interchangeables, je vais m’en expliquer) devra donc s’interroger, par exemple sur le type de croyances, de «vérités», de justifications auquel nous avons éventuellement affaire en métaphysique. S’agit-il de croyances dont la vérité dériverait du sens commun? De vérités scientifiquement établies, partant, contraires à «l’image manifeste» que nous renvoie le monde? Ou bien de croyances d’un tout autre ordre? Dans un cas comme dans l’autre, quelles raisons, quelles justifications avons-nous d’entretenir ces croyances, de privilégier telle ou telle conception de la vérité, de juger la connaissance des choses qu’elle nous livre concevable seulement, ou possible, voire nécessaire 27 ?

16 C’est bien, en tout cas, l’ancien élève de Reichenbach, Hilary Putnam, qui nous aura ici montré le chemin, en soulignant successivement que la frontière est ténue entre sciences empiriques et sciences censées ne pas l’être (entendons, la logique et les mathématiques); qu’il nous faut rejeter la dichotomie positiviste entre termes observationnels et termes théoriques; nuancer, voire refuser la distinction entre fait et valeur; revoir, en particulier, notre modèle scientiste de l’esprit mis en place par les jeunes sciences (des théories de l’identité du mental et du physique aux modèles fonctionnalistes dont il fut pourtant l’un des promoteurs), et cesser de réduire laà celle en vigueur dans les sciences, au premier rang desquelles la physique; revenir enfin sur l’image que nous nous faisons de «la» science, sur les supposées démarcation (science/non science) et suprématie de la science par rapport à d’autres formes de savoir, en revendiquant des formes de non scientifiques (par exemple philosophique) 28 .

17 Autour des années 1980 semble d’ailleurs régner un véritable(pour reprendre le terme de Ned Block) dont on ne prend pas toujours la mesure. Les métaphysiciens physicalistes eux-mêmes (tel Frank Jackson) sont les premiers à s’inquiéter des problèmes que pose, par exemple, la multi-réalisabilité (la possibilité pour des propriété mentales –désirs, croyances, douleurs– d’avoir des réalisations physiques [neuronales] multiples), ou de la résolution du «dilemme du physicaliste», conséquence de l’impossible : comment penser simultanément la nécessaire clôture (et donc manquer la singularité du mental) et la tout aussi nécessaire (mais en faisant perdre alors à celui-ci sa puissance causale) 29 ?

18 Sont donc exagérées les accusations que portent certains à l’endroit des métaphysiciens «en redingote» qui auraient, selon eux, perdu tout esprit empiriste et s’imagineraient pouvoir décrire, voire expliquer, sur la base d’intuitions «en fauteuil», les concepts de substance, d’universaux, de temps, d’identité, de propriétés, sans se soucier des découvertes scientifiques 30 . Tenir compte de la science, qui n’en serait aujourd’hui convaincu? Mais cela implique-t-il de se laisser mener par elle? Que la théorie de la relativité restreinte la métaphysique du temps? La physique quantique, celle de la substance? La chimie ou la biologie évolutionniste, celle des espèces naturelles?

19 Ce serait oublier, tout d’abord, qu’en proposant et en testant leurs théories, les scientifiques font tous, , des postulats qui vont bien au delà de ce à quoi les autorise la science. Pas plus que d’autres, ils ne peuvent donc s’exempter de cette étape critique et thérapeutique qui constitue la première phase d’une entreprise métaphysique digne de ce nom. À cet égard, des auteurs comme Peirce, Wittgenstein et les positivistes logiques ne font que reprendre les mises en garde aristotéliciennes, répétées par les médiévaux et les classiques (en particulier Locke, Berkeley et Leibniz). S’il n’y avait pas d’autre substance que celles qui sont constituées par la nature, la Physique serait science première, soulignait Aristote. Mais voilà. Contrairement à ce que pensera Averroès, on ne saurait réduire la métaphysique à la seule physique. La recherche physique des éléments ne doit pas faire oublier que la recherche sur l’être est d’abord une recherche sur les de l’être 31 . Ce pourquoi toute enquête métaphysique exige de partir du cadre formel de l’analyse, qui seul permet de dégager les conditions de possibilité, en termes de conditions de vérité et de signification, des concepts (et non des seuls ) que nous utilisons, et d’effectuer les distinctions modales cruciales qui s’imposent, comme j’ai eu l’occasion de le souligner à maintes reprises 32 .

20 Si connaissance métaphysique il doit y avoir, en tout cas, elle sera publique et devra donc passer par le biais du langage (et sans doute même plutôt par celui du langage formel , si du moins elle veut pouvoir porter sur des choses et des propriétés et pas seulement sur des prédicats), s’entendre comme une construction rationnelle , et rester en contact avec les sciences empiriques (comme le dira Carnap, qui cherchera lui-même dans l’ Aufbau à réaliser, grâce à ces «outils» ou «auxiliaires» indispensables pour les sciences du réel que sont les énoncés de la logique, la synthèse de l’ancien empirisme et de l’ancien rationalisme).

Dans la jungle des sites de scores en live, FootenDirect.com se démarque par un design clair, une communauté active, un concours de pronostics, un comparatif des cotes des sites de Converse Chuck Taylor All Star Salut Enfants Taille 28 Rose yy22oO
et un max de stats sur voséquipes et vosjoueurs préférés. C'est le meilleur site de livescore français.